Santé, soin, vieillissement, alimentation

Les pratiques de santé, de soin, de vieillissement et d’alimentation chez des populations d’origine asiatique résidant en France constituent des sites d’observation et d’étude privilégiés du processus de socialisation, de resocialisation, d’identification, de transmission et d’acculturation. D’une part cela est dû à la nature « répétitive » et « ordinaire » de ces pratiques dans la vie courante et, d’autre part cela renvoie aux questions du care et du rapport au corps dans un contexte migratoire, qui sont marquées par une altérité accentuée, étant donnée l’existence – depuis des milliers d’années en Asie de l’Est et du Sud-Est – des systèmes de médecines dites « alternatives » (chinoise, vietnamienne, coréenne, japonaise). L’intériorisation de ces savoirs médicaux et paramédicaux – qui ne séparent pas le corps de l’esprit et qui accordent une attention à la prévention – modifient chez les usagers comme les prestataires, leurs conceptions de la santé et du soin.

Les travaux ici rassemblés se proposent d’étudier les migrants d’origine asiatique non seulement comme usagers mais également comme prestataires. Il s’agit ainsi d’analyser l’accès aux soins médicaux et paramédicaux et les pratiques de santé de migrants d’origine asiatique d’une part ; et les conditions d’exercice de professionnels de santé originaires de l’Asie de l’Est et du Sud-est en France, ainsi que les activités professionnelles de caregiver / restaurateurs / fournisseurs d’aliments d’origine asiatique d’autre part.