Identification, appropriation et (re)socialisation

En France, se multiplient au cours de ces dernières années des prises de parole de la part des descendant.e.s de migrant.e.s asiatiques, mettantt en avant leur « origine asiatique ». Sous forme de blogs, récits intimes, témoignages, romans et bandes dessinées, ces expressions en quête identitaire témoignent également des difficultés auxquelles ces descendant.e.s d’origine asiatique sont confrontés – tout comme chez d’autres descendant.e.s de migrant.e.s – pour exister socialement et politiquement.

Les travaux ici rassemblés ont pour point commun d’examiner les manières dont les migrant.e.s originaires de l’Asie de l’Est et du Sud-Est et leurs descendant.e.s cherchent leur place, leurs mots, leur identification dans le paysage social et politique français. Au travers de différents terrains et méthodes variées, nous analysons ici la construction multidimensionnelle d’identités individuelles et collectives ; l’auto-catégorisation aux sens d’ethnicité, de race, de classe sociale, de genre ; ainsi que le processus d’identification appréhendé à l’aune de la (re)socialisation et saisie à travers l’analyse des pratiques concrètes : expressions et participations politiques, usages et transmissions des langues, consommations alimentaires, appropriations culturelles, stratégies de transition entrepreneuriale, etc.